LE BOLOLO


le "bololo", kézako?




le Premier ministre Édouard Philippe a exhumé une expression pour le moins "mili"

Vous avez aimé le "perlimpinpin" élyséen? Vous adorerez le "bololo" matignonesque. La formule, un chouïa martiale, a plongé dans la stupeur maints auditeurs et plus d'un média. Mais il est vrai qu'au sein des rédactions, les officiers de réserves sont rarement légion, fût-elle étrangère. Ce mercredi matin sur RTL, le Premier ministre Edouard Philippe, interrogé sur la mobilisation des "gilets jaunes" et les risques de paralysie du pays, le samedi 17 novembre, a mis en garde contre toute tentation de "mettre le bololo partout". Le bololo ? Pour beaucoup, c'est de l'hébreu. Même si, intuitivement, on pige, quitte à épuiser le lexique des mots en "B" : bazar, boxon, bordel. Bref, un truc de bidasse ou de biffin. 

Un héritage des tirailleurs?

À en croire Wikipedia, le concept serait emprunté au vocabulaire militaire en vogue en Afrique. Tournons-nous donc vers un expert en la matière ; en l'occurrence le général Bruno Clément-Bollée, qui a roulé sa bosse des décennies durant au sud du Sahara. "Une expression très courante là-bas, confirme-t-il. Je l'ai entendue un peu partout. Sans doute s'est-elle répandue dans la troupe à l'époque des tirailleurs sénégalais. Mais sachez que le bololo reste aussi en usage dans les casernes de l'Hexagone."  
Nous voilà affranchis. Au fait, le répertoire du désordre à la lettre "B" fonctionne aussi en hébreu. A Tel-Aviv, chaos peut se dire "balagan".